annélides : polychètes sédentaires

Les annélides sont des vers à corps segmenté. Chez les annélides polychètes chaque segment (=métamère) possède
des expansions appelées parapodes sur lesquelles se trouvent de nombreuses soies.
Les polychètes sédentaires ont  des parapodes et des organes des sens généralement réduits.
Certains sont enfouis dans le sédiment  qu'ils filtrent pour se nourrir, d'autres sont tubicoles et se nourrissent de
minuscules proies qu'ils capturent grâce à des filaments pouvant former un panache.



Spionidae             tête d'où partent deux grands palpes souvent enroulés en spirale

Boccardia cf polybranchia          longueur: ± 15 mm     largeur: 1 mm                                          mi-marée
Boccardia cf polybranchia  Boccardia cf polybranchia
ici observé sur une algue rouge (Polysiphonia?) dans une mare à corallinacées encroûtantes
Boccardia cf polybranchia Boccardia cf polybranchia
segment 5 différent des autres (genres Polydora ou Boccardia)
branchies à partir du segment 2 et présentes jusque dans la moitié postérieure du ver
absence de soies sur la partie supérieure du parapode (=notosoies) du premier sétigère 
identification ici confirmée en laboratoire par Jacques Grall 
Carte de présence dans le 22  


Boccardia proboscidea         2-3cm    dans les fentes de rochers      mi-marée (zone à fucus vésiculeux)
Boccardia proboscidea
▼soies (=notosoies) sur la partie supérieure des parapodes du sétigère1 (absentes chez B. polybranchia)
Boccardia proboscidea
▼bloc laissant voir les galeries des vers    capsules d'oeufs (=>reproduction de cette espèce dans le 22)▼
Boccardia proboscidea  Boccardia proboscidea
Identification confirmée par Gabin Droual de l’Institut Universitaire Européen de la Mer. Ces observations constituent les premières mentions de ce ver en Bretagne (ver décrit originellement sur la côte est de l'océan Pacifique), un article est publié dans la revue An Aod.
autres photos sur aphotomarine
Carte de présence dans le 22  


genres Polydora et Dipolydora  : sétigère5 fortement modifié et possédant un seul type de soies 

branchies absentes des 5 premiers setigères mais présentes sur une grande partie du corps

ici les photos d'un "polydore" non déterminé (taille 14mm) trouvé sous l'éponge Hymeniacidon perlevis 
Pour différencier les deux genres (merci à Gabin Droual pour ces précisions) :
Chez Polydora, les crochets encapuchonnés possèdent une constriction et il n'y a pas de notosoies sur le premier sétigère. Chez Dipolydora, il n'y a pas de constriction sur les crochets encapuchonnés mais des notosoies au premier sétigère (peu aisées à voir car discrètes et souvent cachées par les palpes).
Ici un schéma pour visualiser ces différences.
Des espèces dont la détermination complexe ne peut être faite sur l'estran (exemple ci-dessous) !

Dipolydora saintjosephi       taille : environ 1,5 cm                        à marée basse, milieu battu et propre
Dipolydora saintjosephi Dipolydora saintjosephi Dipolydora saintjosephi
photos d'un spionidé extrait d'une colonie située dans une fissure de roche, étage des Fucus serratus
Merci à Gabin Droual qui a déterminé ce ver en laboratoire, ici les critères qui ont permis son identification.
Remarque : parfois confondue avec D. coeca, cette espèce a été décrite en 1920 à partir de spécimens provenant de l'estran à Dinard (35).
Carte de présence dans le 22  


genre Malacoceros  : pas d'interruption au niveau du segment 5 (contrairement aux Polydora et Boccardia)
Malacoceros  Malacoceros
branchies présentes à partir du premier sétigère, 2 cornes caractéristiques du genre Malacoceros
Carte de présence dans le 22  (genre Malacoceros


Malacoceros fuliginosus      taille : environ 5 cm               en groupe dans fissure de roche, médiolittoral
Malacoceros fuliginosus Malacoceros fuliginosus Malacoceros fuliginosus
se différencie de M. tetracerus (qui a aussi 6-10 cirres anaux) par la présence d'une encoche sur le prostomium entre les 2 cornes (dont les bases ne se touchent pas)
en savoir plus : sur Linnaeus


Malacoceros vulgaris    taille : environ 9 cm (max.16cm)         tube dans le sable, à grande marée basse
Malacoceros vulgaris  Malacoceros vulgaris
coloration rose-orangé à l'avant, plus grisâtre vers l'arrière
Malacoceros vulgaris Malacoceros vulgaris Malacoceros vulgaris
extrémité postérieure avec 15 à 30 cirres et crochets encapuchonnés tridentés (à chercher sur le côté ventral des parapodes situés au milieu du corps) le distinguent des autres espèces du genre Malacoceros
en savoir plus : sur Linnaeus


Scolelepis squamata    pas d'interruption au niveau du segment 5, pas de "cornes"      sable, mi-marée
Scolelepis squamata  Scolelepis squamata
en savoir plus : sur Linnaeus
autres photos sur aphotomarine
Carte de présence dans le 22  


Pygospio elegans   1 cm (tube plus long)    dans sable vaseux, localement abondant en haut de l'estran
Pygospio elegans  
                            détermination en labo, photos perfectibles!...     deux palpes visibles partant de la tête
Carte de présence dans le 22  



Chaetopteridae   corps mou et fragile divisé en 2 ou 3 régions distinctes,
                                 une paire de grands palpes (avec gouttière) pouvant s'enrouler en spirale
                                 vit dans des tubes cornés translucides ou opaques


Phyllochaetopterus anglicus ou Phyllochaetopterus socialis               à marée basse (vives eaux)
taille : 2 à 4? cm(ver) mais tubes translucides pouvant atteindre plus de 10 cm pour 2 mm de diamètre  
Phyllochaetopterus Phyllochaetopterus Phyllochaetopterus
grandes colonies sous les surplombs rocheux à l'ombre parmi les ascidies Dendrodoa grossularia
Phyllochaetopterus Phyllochaetopterus Phyllochaetopterus
corps divisé en 3 régions, présence de 2 petites antennes qui partent entre les 2 grands palpes
remarque : Phyllochaetopterus anglicus et P. socialis sont des espèces confondues pour certains.
autres photos sur aphotomarine
Carte de présence dans le 22  



Cirratulidae   corps non divisé en régions distinctes,
                                 une paire de palpes avec des tentacules s'insèrent en arrière de la tête (sans appendices),
                                 parfois: nombreux segments d'où partent de longs filaments branchiaux


Cirratulus cirratus       taille : environ 10 cm si déroulé     dans le sable vaseux sous et entre les pierres
Cirratulus cirratus  Cirratulus cirratus
                             tête conique (non pointue) avec de chaque côté, une rangée oblique de 4 à 8 yeux noirs
nombreux filaments(tentacules, branchies) répartis sur  la longueur du ver (sauf extrémité caudale)
Cirratulus cirratus  Cirratulus cirratus
▲  tentacules filiformes dépassant au-dessus d'un ver ensablé appartenant probablement à cette famille
en savoir plus : https://www.marlin.ac.uk/species/detail/1786
Carte de présence (famille des Cirratulidae) dans le 22  



Arenicolidae    ver vivant dans le sable vaseux dans une galerie en U (un des orifices est indiqué
                                      par un trou, l'autre par un tortillon formé de déjections)
                                      chaque segment du ver est divisé en 5 anneaux


Arenicola marina (arénicole)    espèce très commune, utilisée comme appât                       médiolittoral 
Arenicola marina  
corps divisé en 3 régions : région antérieure sans branchies, avec 6 segments,     trompe dévaginable et fouisseuse à l'avant▲
Arenicola marina  
▲ région médiane avec 12 ou 13 segments portant chacun une paire de branchies, chaque segment comprend 5 anneaux
                                                                                            région caudale sans poils ni branchies, rejetant le sable ▲
Arenicola marina
L'arénicole est repérée par le présence caractéristique d'un trou et d'un tortillon sur la surface du sable plus ou moins vaseux.
▲le trou résulte de l'aspiration du sable par la trompe du ver qui se nourrit de la matière organique contenue dans le sédiment
                         après filtration, le sable est rejeté par l'extrémité postérieure, formant alors un tortillon bien visible▲

en savoir plus : DORIS, Arenicola marina (Linnaeus, 1758), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/577
et aussi : https://ichtyo.cnrs.fr/pages/fr/fichefr.php?var=37
Carte de présence dans le 22  


Arenicolides ecaudata        taille: ici 12 cm      dans sable vaseux sous une pierre, à grande marée basse
Arenicolides ecaudata   Arenicolides ecaudata
15-16 segments avec une touffe de poils raides de chaque côté ▼          suivi de 30-40 segments portant branchies et poils▼
Arenicolides ecaudata  Ile Grande, le 26/10/2011  Arenicolides ecaudata
 ▲ trompe globuleuse dévaginable avec papilles (caractère présent aussi chez les autres vers de cette famille)
Tous les segments du corps comportent 5 anneaux. Contrairement à l'espèce précédente, il n'a pas de région caudale sans
poils. C'est aussi le cas d'Arenicolides branchialis, qui lui ressemble mais qui a des branchies à partir du 12éme segment.

en savoir plus: sur Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Arenicolides branchialis    taille: 8 à 15 cm suivant étirement !  sable vaseux sous pierre, mediolittoral
Arenicolides branchialis Arenicolides branchialis
nombre de segments moins élevé que chez l'espèce précédente : 11 à 12 segments avec poils seuls, suivi de 20 à 30 segments avec branchies et poils 
Arenicolides branchialis
couleur ± verdâtre souvent plus foncée  chaque segment composé de 5 anneaux     trompe avec papilles
Carte de présence dans le 22    



Orbiniidae  ver à tête conique sans appendices, corps avec de nombreux segments répartis en 2 régions distinctes
                             la région antérieure est élargie et aplatie, la région postérieure est plus mince,
                             parapodes et branchies bien développés et relevés sur le dos dans la région abdominale


Scoloplos armiger (à confirmer)    taille: 5 à 12 cm               très commun dans le sable fin, médiolittoral
Scoloplos armiger  Scoloplos armiger
9 premiers segments sans branchies(5 premiers segments pour les espèces bretonnes du genre Orbinia)
   
autre spécimen : branchies dorsales bien dévelopées▲   long trait rouge au milieu du dos et du ventre▲
Scoloplos armiger (ponte) Scoloplos armiger Scoloplos armiger
et, ci-dessus, sa ponte présumée observée parfois en grand nombre sur le sable fin !
en savoir plus : sur Linnaeus
autres photos de pontes sur aphotomarine



Capitellidae    ver de couleur rouge, long, cylindrique, vivant dans un tube de sable aggloméré avec du mucus
                                    corps divisé en 2 régions distinctes, avec des segments moins longs que larges, parapodes réduits
                                    tête conique, sans appendices, dévaginant facilement une grosse trompe tapissée de papilles


Notomastus latericeus (?)    région antérieure comprenant 12 segments ridés       sable, médiolittoral
 
 
 
individu fragile qu'il est rare d'extraire en entier de sa gangue de sable, ici seule une partie du ver est photographiée


Notomastus exsertilis (probable)                  taille: 18 cm                                sable grossier, infralittoral
Notomastus  Notomastus
                       ▼ extrémité postérieure                            extrémité antérieure (trompe dévaginée) ▼
Notomastus  Notomastus
Précisions apportées par Alphonse Tram : "Je vois sur vos photos un prostomium bien conique, qui termine en une languette. La couleur n'est pas très soutenue, surtout dans la partie arrière.
Il n'y a apparemment pas d'yeux et la forme générale de la partie avant suggère fortement N exsertilis."



Opheliidae                         corps assez court, face ventrale souvent creusée en gouttière, tête conique 

Armandia polyophthalma        taille : 3,5cm                                        dans le sable,à grande marée basse
Armandia polyophthalma  Armandia polyophthalma
environ 33 segments portant des soies (sétigères)
Armandia polyophthalmaArmandia polyophthalmaArmandia polyophthalma
se tortille vivement lors de la capture,   un long cirre anal (ici absent) part en principe de la partie postérieure
Carte de présence dans le 22  


Ophelia rathkei       taille : environ 0,9 cm                                                  trouvé dans le sable, médiolittoral
Ophelia rathkei  Ophelia rathkei
chez cette espèce, il n'y a qu'une seule grosse papille anale ventrale
Ophelia rathkei Ophelia rathkei
en savoir plus : sur Linnaeus
Carte de présence dans le 22  



Scalibregmatidae    prostomium bifide ou en T, branchies arborescentes si présentes, corps sans gouttière ventrale

Scalibregma celticum       taille : 1,8 cm                                                 sur le sable, à grande marée basse
Scalibregma celticum  Scalibregma celticum partie antérieure : sétigères 2 à 5 avec chacun une paire de branchies, suivie d'une partie renflée ...
... puis d'une région postérieure plus mince, avec des parapodes comportant des cirres dosaux et ventraux
   Scalibregma celticum
autrefois rattaché à l'espèce Scalibregma inflatum qui n'a pas d'yeux visibles, contrairement à S. celticum
en savoir plus (S. inflatum) : sur Linnaeus
autres photos sur aphotomarine
Carte de présence dans le 22  



Maldanidae   vers formés de segments allongés (certains + longs que larges) renflés à leur extrémité
                                  dépourvus de branchies, ils vivent dans des tubes de sable ± vaseux


 


Petaloproctus terricolus      taille : 20 cm          dans un solide tube de sable sous une pierre ensablée
Petaloproctus terricolus  Petaloproctus terricolus
extrémités antérieure et posterieure rosâtres, entre les deux : segments bruns avec ceintures claires
Petaloproctus terricolus Petaloproctus terricolus
   ▲tête arrondie    extrémité postérieure en spatule avec un anus plissé s'ouvrant sur sa partie ventrale▲
Carte de présence dans le 22  


Euclymene cf. oerstedii    environ 7cm x 2mm     enfoui dans le sable fin d’une zone à zostères naines
Euclymene cf. oerstedii Euclymene cf. oerstedii Euclymene cf. oerstedii
3 premiers sétigères avec un nombre réduit de soies mais soies ventrales présentes dès le 1er sétigère
Euclymene cf. oerstedii Euclymene cf. oerstedii Euclymene cf. oerstedii
ici pas d'ocelles visibles au niveau de la tête mais les autres critères convergent vers Euclymene oerstedii
Précisions apportées par Gabin Droual : "Normalement et sur les spécimens fixés les ocelles sont sur le côté du prostomium, de la bouche et jusqu'au deux tiers de la plaque céphalique, (...) comme il y a plusieurs complexes d'espèces, je noterais cela comme Euclymene cf. oerstedii."
en savoir plus : sur Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Euclymene lombricoides    ici 13cm x 5mm    capturé enfoui dans le sable fin à grande marée basse
Euclymene lombricoides Euclymene lombricoides Euclymene lombricoides
corps constitué de 19 sétigères (= segments avec soies) et 3 derniers segments dépourvus de soies
Euclymene lombricoides Euclymene lombricoides Euclymene lombricoides
soies ventrales dès le 1er sétigère (non visibles sur ces photos, identification en laboratoire par G. Droual)
Carte de présence dans le 22  



Flabelligeridae   vers au "sang" vert

Pherusa plumosa        taille environ 4cm  (max 6 cm)                                       dans le sable, médiolittoral
Pherusa plumosa
prostomium rétractile          corps couvert de papilles            habituellement, l'extrémité postérieure n'est pas dédoublée
Pherusa plumosa Pherusa plumosa Pherusa plumosa
spécimen un peu atypique déterminé en laboratoire par Jacques Grall que nous remercions vivement
en savoir plus : sur Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Stylarioides moniliferus  ici 10cm (max 20cm) grande marée basse, herbier à zostères ou dans le sable
Stylarioides moniliferus  Stylarioides moniliferus
se differencie P. plumosa par le nombre plus grand de ses branchies (50 à 100) qui sont plus étroites
Carte de présence dans le 22  


Flabelligera affinis    3-5cm    ver entouré d'une gangue de mucus    sous un bloc, bas du médiolittoral
Flabelligera affinis  Flabelligera affinis
  a aussi été observé sous l'oursin Psammechinus miliaris
   
Lorsque le ver est accroché à son bloc, on ne distingue qu'une masse gélatineuse peu mobile (l'arrière du corps est immobile,
seuls les premiers segments et la tête font parfois des mouvements saccadés d'un côté à l'autre) et peu déterminable.
Pour observer les critères qui permettent son identification, il faut le retourner pour voir sa face ventrale qu'il cache aussitôt et
maintient cachée grâce à ses puissants crochets qui lui permettent d'éviter son retournement!...

Flabelligera affinis  Flabelligera affinis
'sang' vert (pouvant paraître rouge sous certains éclairages) donnant une couleur verte aux branchies
en savoir plus : sur Linnaeus
Carte de présence dans le 22  



Pectinariidae   tube conique, de sable aggloméré, autour de l'animal

Pectinaria sp  (ou Lagis koreni )         taille: 6cm                enfoui dans le sédiment, à grande marée basse
Pectinariidae

Pectinariidae  Pectinariidae
ci-dessous, Lagis koreni, déterminé en laboratoire par Frédéric Ziemski 
Lagis koreni
Carte de présence dans le 22  



Terebellidae    vers possedant des filaments non rétractiles au niveau de la bouche,
                                  en général: 1 à 3  paires de branchies ramifiées insérées au niveau des premier segments


Eupolymnia nebulosa      ±12cm        dans tube de sable sous un caillou d'une mare, médiolittoral bas
Eupolymnia nebulosa  Eupolymnia nebulosa
      ▲ région antérieure avec 3 paires de branchies arborescentes
 
 corps très fragile (se coupe dès qu'on le touche!) parsemé de petites taches blanches       ▲ région postérieure
Eupolymnia nebulosa  Eupolymnia nebulosa
région antérieure se terminant par de nombreux longs filaments transparents comportant des points blancs
en savoir plus : http://www.mer-littoral.org/16/eupolymnia-nebulosa.php
d'autres belles photos : https://www.natuurlijkmooi.net/adriatische_zee/wormachtigen/eupolymnia_nebulosa.htm#
Carte de présence dans le 22  


Amphitritides gracilis (?)                              dans tube fragile fait d'éléments grossiers sous un caillou
Amphitritides gracilis (à confirmer)
le vers, délogé de son tube protecteur, s'enroule en spirale         de nombreux filaments partent de sa tête
Amphitritides gracilis (à confirmer)  Amphitritides gracilis (à confirmer)
commentaire (Alphonse Tram) : "Très probablement Amphitrite gracilis(?)"


Terebella lapidaria        ici 2,5 cm            commun à mi-marée et plus bas dans les fentes des rochers
 Terebella lapidaria
milieu dans lequel on l'a capturé▲ détermination ici confirmée en laboratoire par Gabin Droual (merci à lui !)
Terebella lapidaria Terebella lapidaria
autres photos sur Aphotomarine
Carte de présence dans le 22  


Lanice conchilega    le tube dépasse du sable de quelques cm            commun  dans endroits sableux
Lanice conchilega  Lanice conchilega
tube constitué de grains de sable, terminé par un panache de filaments rigides sableux
 
Ici en train de construire une "rallonge" à son tube, il sort de nombreux filaments blanchâtres et d'autres rouges, branchiaux, plus visibles.
en savoir plus: DORIS,  Lanice conchilega (Pallas 1766), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/505
Carte de présence dans le 22  



Oweniidae               ver vivant dans un tube de sable, ouvert mais rétréci au niveau des 2 extrémités
                                              bouche terminale sans trompe
                                              corps long et cylindrique composé des segments allongés


Owenia fusiformis         3 à 10 cm                         milieu sableux avec arrivée d'eau douce, médiolittoral
Owenia fusiformis
      tube  constitué de grains de sable et de fragments de coquillages imbriqués les uns sous les autres
Owenia fusiformis Owenia fusiformis Owenia fusiformis
      tête portant une couronne caractéristique de 6 branchies tentaculaires divisées en plusieurs lobes
en savoir plus : sur Linnaeus
Carte de présence dans le 22  



Sabellariidae           tubes de sable, fixés, généralement en colonie, pouvant former de grands récifs

Sabellaria alveolata  (hermelles)                leurs grandes colonies  forment des massifs, médiolittoral
Sabellaria alveolata  Sabellaria alveolata
     les vers, non visibles à marée basse,
      sont dans des tubes de sable aggloméré
 Sabellaria alveolata
corps terminé par 2 pédoncules portant une couronne comprenant 3 rangées de soies de couleur dorée
Sabellaria alveolata  Sabellaria alveolata
espèce ressemblante: S. spinulosa, mais cette dernière est située plus bas, les soies sont différentes (en forme d' épine) et les tubes peuvent être isolés
en savoir plus : DORIS, Sabellaria alveolata (Linnaeus, 1767), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/1373
Carte de présence dans le 22  


comparaison des soies (=palées) externes des couronnes chez S. alveolata et S. spinulosa
Sabellaria alveolata Sabellaria alveolata  Sabellaria spinulosa


Sabellaria spinulosa              ici dans des tubes isolés, visibles sur l'estran à très grande marée basse
Sabellaria spinulosa  Sabellaria spinulosa
▲ dans son milieu, le ver ne dépasse guère du tube et sa présence reste discrète
Sabellaria spinulosa  Sabellaria spinulosa
en savoir plus : DORIS, Sabellaria spinulosa (Leuckart, 1849), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/3522
Carte de présence dans le 22  



Sabellidae      tube (± flexible) constitué de mucus + matériaux agglomérés
                                    long panache de tentacules plumeux (rôle: filtre alimentaire et respiration)


Sabella spallanzanii (spirographe)            grande taille : très long tube flexible (ici environ 30cm)
Sabella spallanzanii
fixé à des pierres dans les mares profondes, sous les pontons des ports ou à grande marée basse
 
panache spiralé constitué de plusieurs couronnes successives se rétractant à la moindre alerte
Sabella spallanzanii  Sabella spallanzanii
en savoir plus : DORIS, Sabella spallanzanii (Viviani, 1805), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/403
et aussi : https://ichtyo.cnrs.fr/pages/fr/fichefr.php?var=38
Carte de présence dans le 22  


Sabella pavonina          panache  de couleur variable                                                médiolittoral inférieur
Sabella pavonina
tube cylindrique  dépassant du sable (pas de plus de 10cm)      tube flexible incrusté de fine vase grise
Sabella pavonina  Sabella pavonina
en savoir plus : DORIS,  Sabella pavonina Savigny, 1820, https://doris.ffessm.fr/ref/specie/605
et aussi : https://ichtyo.cnrs.fr/pages/fr/fichefr.php?var=38
Carte de présence dans le 22  


Bispira volutacornis                 trouvé inseré dans paroi rocheuse d'une mare profonde du médiolittoral
Bispira volutacornis  Bispira volutacornis
      ▼  tube souple se rabattant         ▲   deux panaches plus ou moins imbriqués de taille environ 4 cm ▲
Bispira volutacornis        
en savoir plus : DORIS,  Bispira volutacornis (Montagu, 1804), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/492
Carte de présence dans le 22  


Acromegalomma vesiculosum                                              dans mares sableuses, mi-marée et plus bas
  Acromegalomma vesiculosum
discrets points noirs au bout des filaments (yeux)      le tube, recouvert de grains de sable,  dépasse peu du sable (max 2cm)▼
Acromegalomma vesiculosum  
Carte de présence dans le 22  


Myxicola infundibulum        diametre approximatif du panache: 5 cm     observés à grande marée basse
Myxicola infundibulum  Myxicola infundibulum
tentacules réunis par une membrane sur presque toute leur longueur
en savoir plus : DORIS, Myxicola infundibulum (Renier, 1804), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/559
Carte de présence dans le 22  


Branchiomma bombyx   vers: 1,5 cm  diamètre panache: 7 mm   ici trouvé dans un crampon de laminaire
Branchiomma bombyx Branchiomma bombyx
  ▼  une rangée de taches foncées de chaque côté du corps, visibles lorsque le ver est sorti de son tube  
Branchiomma bombyx  Branchiomma bombyx
filaments du panaches portant des paires d'yeux violets surmontant chacun une petite languette caractéristique
en savoir plus : http://www.mer-littoral.org/16/branchiomma-bombyx.php
Carte de présence dans le 22  



Serpulidae    tube calcaire, dur, ± blanc et fixé    panache de tentacules plumeux

Serpula vermicularis                         tube calcaire cylindrique, blanc à rose, fixé, pouvant atteindre 7 cm
Serpula vermicularis  Serpula vermicularis
le panache de taille modeste (±1cm, ici de couleur rouge) est constitué de 2 lobes
Serpula vermicularis  Serpula vermicularis
un opercule bouche le tube lorsque le vers est rentré
en savoir plus : DORIS, Serpula vermicularis Linnaeus, 1767, https://doris.ffessm.fr/ref/specie/1425
et aussi : https://ichtyo.cnrs.fr/pages/fr/fichefr.php?var=39
Carte de présence dans le 22  


Spirobranchus lamarcki   tubes présents sur la face cachée des pierres (ombre), mi-marée et plus bas
Spirobranchus lamarcki  Spirobranchus lamarcki
ver entouré d'un tube calcaire blanc à section triangulaire, avec une crête médiane et deux crètes latérales
Spirobranchus lamarcki  Spirobranchus lamarcki  Spirobranchus lamarcki
un bouchon calcaire, souvent plat ou concave, nu ou avec 1 ou 2 dents ± développées, peut obturer le tube
Spirobranchus lamarcki Spirobranchus lamarcki Spirobranchus lamarcki
en l'absence de danger, deux panaches branchiaux assez discrets et de couleur variable sortent du tube

Autrefois regroupés en une seule espèce (Pomatoceros triqueter), S. lamarcki et S. triqueter sont souvent peu aisés à différencier car les crètes latérales de S. lamarcki sont fréquemment peu visibles et l'opercule bien difficile à observer sur le terrain...
S. lamarcki : dès le médiolittoral, 1crête supérieure + 2 latérales, bouchon calcaire mince, concave ou plat.
S. triqueter : infralittoral et plus bas, 1 seule crête en position médiane, bouchon calcaire souvent conique. Comparaison des opercules des 2 espèces (les opercules des deux individus photographiés ci-dessous ne sont que des exemples, les bouchons des opercules sont très variables d'un individu à l'autre !) :
Spirobranchus lamarcki  Spirobranchus triqueter
en savoir plus : DORIS, Spirobranchus triqueter / lamarcki (Linnaeus, 1758) / (Quatrefages, 1866), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/2775
Carte de présence du genre Spirobranchus (très probablement, dans une grande majorité des cas, S. lamarcki puisqu'il s'agit ici de tubes observés sur l'estran) dans le 22  


Spirobranchus triqueter              petits tubes ici observés à très grande marée basse (infralittoral)
Spirobranchus triqueter
ver entouré d'un tube calcaire à section triangulaire, avec une crête médiane mais sans crètes latérales
Spirobranchus triqueter  Spirobranchus triqueter
bouchon calcaire de l'opercule souvent conique, parfois terminé par 3 dents (non présentes ici)
cette espèce a aussi été observée sur des moules situées sous les pontons d'un port de plaisance
Carte de présence dans le 22  


Protula sp (intestinum ou tubularia)      base du tube fixée à une paroi rocheuse, à grande marée basse
Protula Protula Protula
L'une des différences entre les deux espèces porte sur le lobe ventral de la collerette (photo ci-dessous) qui est divisé en 2 parties séparées par une échancrure chez P. intestinum (dont le panache branchial est toujours de coloration rouge-orangée) alors que le lobe ventral est entier chez P. tubularia, espèce dont le panache branchial peut être rouge ou d'une autre couleur.
Protula Protula Protula
Ces deux espèces peuvent aussi être confondues avec Apomatus similis qui possède un opercule en forme de boule, non présent ici (mais cet opercule, fragile, peut être manquant suite à un accident...).
en savoir plus : DORIS, Protula tubularia (Montagu, 1803), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/280
autres photos de Protula. intestinum


Salmacina sp (dysteri ?)  diamètre des tubes < 0,5mm   trouvé fixé sous une paroi rocheuse, infralittoral
Salmacina  Salmacina
▲ tubes calcaires blancs enchevetrés, fins et fragiles formant ici un amas d'environ 6cm 
Salmacina  Salmacina
corps orange-rouge terminé par un panache ± transparent constitué de 8 tentacules, pas d'opercule
attention : confusion possible avec Filograna implexa qui possède des opercules, et Salmacina incrustans (absent en Manche?)
en savoir plus : DORIS,  Salmacina Claparede, 1870, https://doris.ffessm.fr/ref/specie/109


Ficopomatus enigmaticus    espèce invasive se développant dans les zones portuaires et les lagunes,
tubes calcaires se groupant les uns avec les autres et finissant par constituer des récifs solides pouvant
poser des problèmes en raison de leur rigidité (par exemple dans les canalisations qu'ils peuvent obstruer)
Ficopomatus enigmaticus  Ficopomatus enigmaticus
tube circulaire avec anneaux réfléchis en forme de trompette, opercule terminé par des épines sombres
Ficopomatus enigmaticus Ficopomatus enigmaticus Ficopomatus enigmaticus
en savoir plus : sur Linnaeus
et aussi : https://archimer.ifremer.fr/doc/2000/rapport-6131.pdf
Carte de présence dans le 22  


spirorbes : petit tube calcaire enroulé en spirale, le sens de l'enroulement est constant pour une même espèce, nombreuses espèces vivants sur différents supports (rochers, algues, coquillages...), peu différenciables les unes des autres sur photo. Seules 3 espèces facilement reconnaissables sont ici illustrées.
Ici, le sens d'enroulement donné est celui vu de dessus lorque l'animal est fixé à son support.


sur cette photo (dessous d'une pierre), plusieurs espèces de spirorbes occupent une grande partie de l'espace
en savoir plus : https://ichtyo.cnrs.fr/pages/fr/fichefr.php?var=40


Janua heterostropha    taille: 2-3mm   enroulement du tube en sens inverse des aiguilles d'une montre
Janua heterostropha Janua heterostropha Janua heterostropha Janua heterostropha
tube blanc cassé, opaque, d'aspect crayeux, avec des arêtes longitudinales                 sous les cailloux
Carte de présence dans le 22  


Spirorbis tridentatus    taille : 3mm    sur les pierres, les anciennes coquilles de patelle...   à marée basse
Spirorbis tridentatus  Spirorbis tridentatus
tube enroulé dans le sens des aiguilles d'une montre, blanc mat, opaque, avec 3 arêtes longitudinales
Spirorbis tridentatus Spirorbis tridentatus Spirorbis tridentatus
Ressemble à S. cuneatus et à Paralaeospira malardi, mais ces derniers sont plus petits (1mm max. pour S. cuneatus) et leur opercule est différent (talon avec une pointe proximale).
Carte de présence dans le 22  


Spirorbis spirorbis   taille du tube: 3mm   enroulement du tube dans le sens des aiguilles d'une montre
 Spirorbis spirorbis
                           tube blanc, lisse, bordé d'un bourrelet étalé sur le support qui est, en général, un fucus
 Spirorbis spirorbis
en savoir plus :  DORIS, Spirorbis spirorbis (Linnaeus, 1758), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/143
Carte de présence dans le 22  


Spirorbis corallinae (= Laeospira corallinae ?)  Ø tube :1 à 2mm   le plus souvent fixé à une coralline
Spirorbis corallinae  Spirorbis corallinae
enroulement du tube dans le sens des aiguilles d'une montre, tube blanc lisse
Spirorbis corallinae Spirorbis corallinae
opercule orange, plat ou bombé dans sa partie supérieure, à la base asymétrique caractéristique (profil)
en savoir plus : sur Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Pileolaria berkeleyana  (??? identification délicate)      ici sur une anomie fixée à une moule dans un port

enroulement du tube dans le sens des aiguilles d'une montre (vu de dessus), corps de couleur orange

incubation des embryons à l'intérieur de l'opercule (ce qui n'est jamais le cas pour le genre spirorbis)