amphipodes  corps comprimé latéralement la plupart du temps
                                   le plus souvent : 7 paires de "pattes" (=péréiopodes) inégales

La détermination d'amphipodes vivants, sur photo, est un art difficile ("impossible" ont dit certains...), beaucoup de nos photos
sont donc restées longtemps sans nom dans les répertoires de nos ordinateurs ! Certains amphipodes sont en effet morphologiquement assez semblables et leur identification se fait sur des détails parfois peu apparents. Le nombre d'espèces est par ailleurs fort élevé : environ 200 espèces recensées dans le golfe normano-breton, dont plus de la moitié peuvent se rencontrer sur l'estran. Les espèces (ou genres) présentées ici montrent leur grande diversité.


Pour s'y retrouver dans la terminologie correspondant aux différentes parties du corps d'un amphipode sur wikipedia

Sur cette page, les amphiopodes du sous ordre des Amphilochidea (classification de Lowry et Myers, 2017)



Oedicerotidae     les 2 yeux se rejoignent plus ou moins dorsalement,
                                           rostre bien visible chez les espèces de nos côtes, pas de flagelle accessoire visible sur l'antenne1,
                                          "patte"7 (=péréiopode7) très longue (plus longue que la 6), "pattes"  robustes et poilues.


Kroyera carinata  (ex Monoculodes carinatus)            taille :  ± 8 mm
Kroyera carinata  Kroyera carinata
ici une femelle (les antennes 2 du mâle sont beaucoup plus longues)      détermination : Frédéric Ziemski
Carte de présence dans le 22  


Perioculodes longimanus        taille : ici 4,5 mm            trouvé en tamisant du sable, à marée basse
Perioculodes longimanus  Perioculodes longimanus
                                                           gnathopodes 1 et 2 allongés, avec lobe du carpe débordant le propode
Perioculodes longimanus Perioculodes longimanus Perioculodes longimanus
Chez cette espèce, les gnathopodes 1 et 2 sont subchélifères (terminés par une "pseudopince" avec un seul doigt qui se rabat sur le propode), contrairement aux espèces du genre Pontocrates chez qui le gnathopode 2 est chélifère (en forme de pince).
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Pontocrates arenarius     ici 4mm  (femelle avec oeufs)      trouvé en tamisant du sable, à marée basse
Pontocrates arenarius  Pontocrates arenarius
            gnathopode2 chélifère (en forme de pince)▼        gnathopode1 subchélifère (pseudopince)▼
Pontocrates arenarius Pontocrates arenarius Pontocrates arenarius
deux espèces très voisines : Pontocrates arenarius et P. altamarinus (chez qui le gnathopode1 a un propode plus ovale et dont le dactyle longe le propode sur plus de la moitié de sa longueur).
Attention, ces noms ont été malencontreusement inversés par le passé (comme par exemple sur Faune de France n°9 de Chevreux & Fage, livre dans lequel P. arenarius correspond actuellement à P. altamarinus).
Carte de présence dans le 22  


Pontocrates altamarinus     ici 5 mm       marques  brunes sur le corps      dans le sable, à marée basse
Pontocrates altamarinus
Cette espèce est très voisine de Pontocrates arenarius  (chez qui le gnathopode1 a un propode moins ovale et dont le dactyle, plus petit, se trouve en position terminale, les plaques coxales2 et 3 sont moins rectangulaires et le basis de P7 moins convexe et moins large), elle se distingue aisement des espèces du genre Synchelidium par l'absence de dactyle visible à l'extrémité des P5 et P6.
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Synchelidium sp    4mm        trouvé en tamisant du sable proche de zostères, à grande marée basse
Synchelidium  Synchelidium
genre Synchelidium : dactyle de P6 bien visible et paume du propode du gnathopode1avec de petites dents (contrairement au genre Pontocrates qui ne présente pas ces deux caractères)
Synchelidium Synchelidium Synchelidium
Deux espèces très voisines et parfois confondues : Synchelidium maculatum et S. haplocheles (chez qui il n'y a pas d'épines sur la partie distale de la paume du propode du gnathopode1 et qui a la base du propode du gnathopode2 plus renflée, ce qui nous semble être le cas sur les photos ci-dessus).
en savoir plus : lien vers Linnaeus (S.maculatum)
et aussi : lien vers Linnaeus (S. haplocheles)
Carte de présence (genre Synchelidium) dans le 22  



Liljeborgiidae          gnathopodes 1et 2 fortement subchélifères
                                               antenne 1, avec flagelle accessoire, et presque toujours plus petite que antenne2
                                               souvent présence d'une ou plusieurs petites dents médio-dorsales sur le pléon

Sextonia longirostris (anciennement Idunella longirostris*)  8 mm (max.14mm)   dans le sable, marée basse
Sextonia longirostris
un grand merci à Frédéric Ziemski pour son aide à la détermination de cet amphipode!
*précision apportée par Cedric D'Udekem D'Acoz en 2016 : "Idunella longirostris doit devenir Sextonia longirostris — le WoRMS est incorrect. J'ai publié une redescription de l'espèce en 2010 et elle ne peut pas être incluse dans Idunella."
Carte de présence dans le 22    


Idunella picta (anciennement  Listriella picta)     taille ± 5 mm        parmi les graviers, à marée basse
Idunella picta  Idunella pictagenres Idunella et Sextonia  : gnathopodes 1 et 2 avec carpes non prolongés par un lobe remontant le long du propode (contrairement aux espèces du genre Liljeborgia )
Idunella picta Idunella picta Idunella picta
genre Idunella : gnathopodes1 et  2 subégaux (contrairement à Sextonia longirostris dont le gnathopode1 est beaucoup plus robuste que le gnathopode2)
remarque : 2 autres espèces du genre Idunella ont été décrites dans la région de Roscoff, I. dentipalma, qui a un flagelle accessoire à 2 articles et des yeux diffus, et I. spinifera qui a un flagelle accessoire à 4 articles et des yeux bruns, ces deux dernières espèces semblent aussi de plus petite taille.
Carte de présence dans le 22    



Amphilochidae          espèces petites et rondouillardes, plaques coxales (2) 3 et 4 grandes
                                                  antenne1 et 2 courtes et à peu près égales, pas de flagelle accessoire, rostre présent
                                                  uropodes3 biramés, uropodes2 souvent plus courts que les uropodes1 et 3

Apolochus neapolitanus    3mm                    dans une cuvette à corallines, milieu battu, à marée basse
Apolochus neapolitanus  Apolochus neapolitanus
gnathopode 2 caractéristique : propode sans grosse épine à l'insertion du dactyle qui ne présente pas d'excroissance en face interne, le carpe se prolonge sous le propode et atteint son extrémité
Apolochus neapolitanus Apolochus neapolitanus Apolochus neapolitanus
attention : coloration extrêmement variable
en savoir plus : lien vers Linnaeus
autres photos sur aphotomarine
Carte de présence dans le 22  


Apolochus spencebatei   3mm   dans les sédiments sous une pierre reposant dans l'eau, à marée basse
Apolochus spencebatei  Apolochus spencebatei
gnathopode 2 : propode sans grosse épine à l'insertion du dactyle qui ne présente pas d'excroissance en face interne, le carpe se prolonge sous le propode mais n'atteint pas son extrémité
Apolochus spencebatei Apolochus spencebatei Apolochus spencebatei
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  



Cyproideidae          espèces petites, amphipodes de profil circulaire, fortement aplatis latéralement
                                               plaques coxales 3 et 4 énormes recouvant les petites plaques1 et 2,
                                               antenne1 plus épaisse que l'antenne2,
                                               chez nous, 1 seul genre comprenant 2 espèces                                                   

Peltocoxa damnoniensis               dans une cuvette à corallines, milieu battu, à très grande marée basse
Peltocoxa damnoniensis Peltocoxa damnoniensis Peltocoxa damnoniensis
espèce minuscule (3 mm maximum), rondouillarde en vue de profil mais aplatie latéralement
Peltocoxa damnoniensis  Peltocoxa damnoniensis
Remarque : Peltocoxa brevirostris, autre espèce pouvant être rencontrée sur nos côtes, s'en distingue par son long rostre qui atteint l'extrémité de l'article1 de A1, ses yeux plus grands et ovales, le basis de ses P7 qui présente une pointe, et son telson rectiligne et plus long.
autres photos sur aphotomarine
Carte de présence dans le 22  



Stenothoidae          espèces petites et rondouillardes, plaques coxales 2, 3 et 4 grandes
                                                antenne1 et 2  à peu près égales, pas de flagelle accessoire visible, rostre petit
                                                uropodes3  à une seule rame (rame à 2 articles)


Stenothoe monoculoides        ici 2,4mm                            trouvé parmi les corallines, à marée basse
Stenothoe monoculoides  Stenothoe monoculoides
plaque coxale1 petite et cachée sous la plaque2, plaque coxale4 particulièrement grande et très visible
Stenothoe monoculoides Stenothoe monoculoides Stenothoe monoculoides
en savoir plus : lien vers Linnaeus
autres photos sur aphotomarine
Carte de présence dans le 22  


Stenothoe tergestina    2,5 mm (max. 4mm)        avec bryozoaires sous un ponton de port (forts courants)
Stenothoe tergestina  Stenothoe tergestina
se distingue de S. monoculoides par la forme ovale-allongée du propode du gnathopode2,
et des autres espèces par le dactyle du gnathopode2 moitié moins long que le propode


Stenothoe valida     5 mm (max.8 mm)      observés en grand nombre sur Ectopleura (ponton d'un port)
Stenothoe valida  Stenothoe valida
se distingue de S. cattai par la pointe du mérus de P7 plus longue et  les flagelles des antennes plus courts
Stenothoe valida Stenothoe valida Stenothoe valida
autres photos (espèce ressemblante, mais avec de petites dents sur la paume du G2) sur aphotomarine
Carte de présence dans le 22  



Leucothoidae          antenne1 et 2 relativement courtes, avec un long pédoncule et un flagelle court (A1 ≥ A2)
                                                gnathopode 1 carctéristique : carpe très long formant une pince avec le propode
                                               gros gnathopode 2 avec à sa base le carpe de la patte qui longe le propode, autres pattes petites



Leucothoe spinicarpa  Leucothoe incisa
comparaison des gnathopodes 1 et 2 chez les deux Leucothoe observés communément sur nos estrans
 

Leucothoe spinicarpa    8mm      débusqué à l'interieur d'une éponge de coloration orange, infralittoral
Leucothoe spinicarpa  
détermination de cet amphipode confirmée par Frédéric Ziemski après examen en laboratoire
Leucothoe spinicarpa  Leucothoe spinicarpa
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Leucothoe incisa    5mm                     dans le sable, proche de zostères, à marée basse de vives-eaux
Leucothoe incisa  Leucothoe incisa
▼ plaque épimérale3 avec une dent recourbée à l'arrière (contrairement à  L. spinicarpa )
Leucothoe incisa Leucothoe incisa Leucothoe incisa
gnathopode1 avec dactyle court (moins d'un quart du propode) et dents régulières sur le lobe du carpe ▲
gnathopode2 très grand avec propode ovale énorme, bordé par un long dactyle et le lobe du carpe
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  



Iphimediidae      antennes subégales avec flagelle accessoire peu visible, pas de gros gnathopode 
                             corps ramassé (aspect rondouillard), tête avec rostre assez développé et dirigé vers le bas
          4 segments dorsaux (dernier segment du péréion et 3 segments du pléon) avec chacun 2 (ou 3) larges dents 


Iphimedia spatula     taille : ici environ 7 mm (max. 9 mm)          capturé sous une pierre à marée basse
Iphimedia spatula  Iphimedia spatula
Autrefois confondu avec I. eblanae qui possède aussi une dent médiane sur la partie postérieure du basis de P7, il s'en distingue par le bord distal de sa plaque coxale2 spatulé (pointu chez I. eblanae) et par l'absence de dent médiane sur le dos des derniers segments du corps (voir photo ci-dessus à gauche).
Iphimedia spatula  Iphimedia spatula
en savoir plus : lien vers Linnaeus


Iphimedia minuta      taille : ici environ 3 mm (max 6 mm)                    ici dans une touffe de corallines
Iphimedia minuta  Iphimedia minuta
individu ci-dessus identifié en laboratoire par Frédéric Ziemski       ci-dessous autre individu de taille 6 mm
Iphimedia minuta  Iphimedia minuta
l'observation minutieuse des basis des pattes postérieures permet de différencier cette espèce de I. nexa, espèce avec laquelle elle était autrefois confondue (chez I. minuta :  basis P7 avec dents postérieures moins marquées et 2 pointes distales séparées par bord lisse, basis P6 à bord postérieur lisse)


Iphimedia nexa     taille : 4 mm (jusqu'à 6mm)          parmi algues, ascidies et bryozoaires à marée basse
Iphimedia nexa
contrairement à I. minuta : basis P7 avec dents postérieures très marquées et une seule petite pointe distale avec dents présentes aussi sur la partie ventrale, basis P6 à bord postérieur denté
autres photos sur aphotomarine


Iphimedia perplexa     taille : ici environ 4 mm (max. 6 mm)      capturé sous une pierre à marée basse
Iphimedia perplexa  Iphimedia perplexa
petite dent recourbée sur le bord dorsal du segment 3 du pléon ▼
Iphimedia perplexa Iphimedia perplexa Iphimedia perplexabord latéral de la tête avec une encoche marquée caractéristique de cette espèce ▲
autres photos sur aphotomarine

Précision apportée par Cedric D'Udekem D'Acoz : chez les Iphimedia, il n'est pas facile d'identifier les petites espèces car les caractères sont difficiles à voir.
Carte de présence (genre Iphimedia, 6 espèces possibles) dans le 22  



Atylidae   tête avec rostre, pas de flagelle accessoire visible sur l'antenne, gnathopodes petits
                           telson fendu, allongé et plat, urosomes 2 et 3 fusionnés
                           espèces fréquentant nos côtes : urosome1 à bord dorsal avec une encoche entourée de deux pointes


Nototropis swammerdamei      environ 8 mm     ci-dessous femelle portant des oeufs    à marée basse
Nototropis swammerdamei  Nototropis swammerdamei
péréiopode 3 avec dactyle "normal", absence de dents postéro-dorsales sur les trois segments du pléon
Nototropis swammerdamei  Nototropis swammerdamei
le mâle se différencie de la femelle par son gros oeil et ses nombreuses courtes soies sur les antennes
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Nototropis guttatus      taille : environ 9 mm      dans les algues ou les zostères, à grande marée basse
Nototropis guttatus
péréiopode 3 avec dactyle "normal", 4 dents dorsales (3 segments du pléon et dernier segment péréion)
Se différencie de N. vedlomensis par le basis de la patte 5 dont l'excroissance ne comporte pas de crochet, et par le basis de la patte 6 qui ne comporte pas d'excroissance avec angle dans sa partie distale.
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Nototropis vedlomensis       taille adulte : 8 mm                     sur algue rouge, à très grande marée basse
Nototropis vedlomensis  Nototropis vedlomensis
bien visibles chez les adultes : 4 dents dorsales et marques orange sur le corps, les antennes et les pattes
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  



Dexaminidae     

Dexamine spinosa        taille :  ici 8 mm            commun dans le sable ou parmi les algues, à marée basse 
Dexamine spinosa
dents bien visibles sur les derniers segments de l'abdomen           couleurs remarquables et très variables
Dexamine spinosa  Dexamine spinosa
Carte de présence dans le 22  


Dexamine thea   ici 4mm(max : 5mm)   trouvé dans une mare avec corallines et hermelles, à marée basse
Dexamine thea Dexamine thea Dexamine thea
chez la femelle adulte : 1 dent bien marquée sur les segments 1 à 4 du pléon;  mâles et  juvéniles : dents des segments 2 et 3 sont plus discrètes, celle du segment 1 est absente (photo en bas à gauche)
Dexamine thea Dexamine thea Dexamine thea
se distingue de Dexamine spinosa par sa taille toujours petite, par l'absence d'épine sous le premier article de l'antenne1 et par le basis de la septième patte qui est très mince (pas facile à observer si vivant)
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Tritaeta gibbosa   4mm (max.6)    observé dans un mélange algues/éponges, à très grande marée basse
Tritaeta gibbosa  Tritaeta gibbosa
amphipode rondouillard qui se tient sur le ventre ou le dos (pas latéralement), péréiopodes caractéristiques
Tritaeta gibbosa Tritaeta gibbosa Tritaeta gibbosa
autres photos sur aphotomarine
Carte de présence dans le 22  


Guernea coalita     2mm        mâle observé sur une vieille valve d'huître dans l'eau, à grande marée basse
Guernea coalita Guernea coalita Guernea coalita
coloration variable             important dimorphisme sexuel (antennes, taille de l'oeil, pilosité des uropodes3)
Guernea coalita
un amphipode qui n'est probablement pas rare mais sous noté en raison de son extrême petite taille
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  



Ampeliscidae            antenne1 sans flagelle accessoire, petite tête allongée avec 2, 4 ou 6 yeux
                                                  Ampelisca est le seul genre de cette famille présent en Manche
                                                  chez les Ampelisca, la P7 est plus courte (avec un gros basis) et très différentes des P5 et 6

Ampelisca brevicornis       taille : ici 8 mm (12mm max.)          enfoui dans du sable vaseux, médiolittoral
Ampelisca brevicornis  Ampelisca brevicornis
détermination de l'individu ci-dessus confirmée par Frédéric Ziemski
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Ampelisca typica    taille : environ 7mm (10mm max)          enfoui dans du sable, à marée basse
Ampelisca typica  Ampelisca typica
les différents critères mentionnés sur les photos permettent ici d'identifier cette femelle
Ampelisca typica Ampelisca typica Ampelisca typica
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Ampelisca tenuicornis (?)    5,5mm   dans le sable, proche d'un herbier à zostères, grande marée basse
Ampelisca tenuicornis  Ampelisca tenuicornis
Attention : parmi les espèces avec marge inférieure de la tête convexe, dont certaines récemment décrites, plusieurs sont morphologiquement très proches et la détermination des mâles reste très délicate.
Ampelisca tenuicornis Ampelisca tenuicornis Ampelisca tenuicornis
en savoir plus : lien vers Linnaeus



Haustoriidae                    amphipodes assez "rondouillards", vivant enfouis dans le sable ou la vase
                                                       antenne1 avec flagelle accessoire, et plus courte que l'antenne2, petit rostre
                      certaines de leurs pattes aplaties, larges, munies de soies et d'épines leur permettant de creuser
                                                                   "pattes" 6 et 7 approximativement de mêmes longueurs, telson fendu
                          semblable famille suivante sauf: yeux peu visibles, "pattes" (=péréiopodes) 3 à 7 sans dactyle


Haustorius arenarius   taille : 13 mm                                                 vit enfoui dans le sable, médiolittoral
Haustorius arenarius  Haustorius arenarius  Haustorius arenarius
amphipode d'assez grande taille, ± transparent       "pattes" fouisseuses, plates et dépourvues de dactyle
Haustorius arenarius  Haustorius arenarius
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  



Urothoidae             ressemble à la famille précédente à laquelle elle était autrefois rattachée,
                                             sauf : yeux visibles, "pattes" 3 à 7 terminées par un dactyle
                                             seul le genre Urothoe est représenté sur nos côtes, 6 espèces possibles sur nos estrans

amphipodes du genre Urthoe : flagelle de l'antenne2 court chez la femelle, plus long chez le mâle (plus des 3/4 de la longueur du corps), "patte" 5 très dilatée avec des rangées d'épines et de soies, "pattes" 6 et 7 moins larges

Urothoe sp     taille adulte: 5 à 8mm selon espèce                             dans sable, mi-marée, et en dessous
Urothoe  Urothoe
ci-dessus une femelle      ci-dessous un mâle reconnaissable à ses grandes antennes2 (espèce différente)
Urothoe
mâle: antenne2 avec long flagelle, oeil de grande taille  (les mâles juvéniles possèdent une antenne2 avec un flagelle moins long que chez l'adulte et n'ont pas encore leur coloration définitive)
Carte de présence (genre Urothoe) dans le 22  


Urothoe brevicornis    ici les photos d'une même femelle (7mm)     dans le sable, mi-marée et plus bas
Urothoe brevicornis  Urothoe brevicornis
péréiopode 5 : carpe un peu plus large que le mérus, légèrement plus large que long
Urothoe brevicornis Urothoe brevicornis Urothoe brevicornis
Carte de présence dans le 22  


Urothoe elegans    ici les photos d'un jeune mâle (3mm)   dans le sable près d'un herbier, marée basse
Urothoe elegans  Urothoe elegans
péréiopode 5 : carpe le largeur comparable à celle du mérus, un peu plus long que large
Carte de présence dans le 22  


Urothoe marina    ci-dessous une femelle, trouvée dans le sable fin à très grande marée basse
Urothoe marina Urothoe marina Urothoe marina
péréiopode 5 : carpe un peu plus large que le mérus, longueur et largeur comparables
Urothoe marina Urothoe marina Urothoe marina
diffère de U. brevicornis par ses uropodes1 dont les pédoncules sont plus courts, plus épais et moins épineux et dont les rames sont lisses, plus courtes et plus courbées
Carte de présence dans le 22  


Urothoe pulchella   dans le sable (observés ici à côté d'Ampelisca brevicornis), mi-marée et plus bas
Urothoe pulchella  Urothoe pulchella
péréiopode 5 : carpe beaucoup plus large que mérus mais moins de 2 fois plus large que long
Urothoe pulchella Urothoe pulchella  Urothoe pulchella Urothoe pulchella
P5 : carpe moins large que chez U. poseidonis avec seulement 2 rangées d'épines (3 chez U. poseidonis), dactyle plus droit et plus mince que chez U. poseidonis.
Carte de présence dans le 22  


Urothoe poseidonis   ci-dessous photos d'une même femelle    dans le sable fin, mi-marée et plus bas
Urothoe poseidonis  Urothoe poseidonis
péreiopode5 : carpe beaucoup plus large que mérus et plus de 2x plus large que long, dactyle sans épines
Urothoe poseidonis Urothoe poseidonis Urothoe poseidonis
pédoncule de l'uropode1 peu épineux;  dactyle large, courbé et sans épine
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Urothoe grimaldii    ici les photos d'un jeune mâle (4mm)    dans une cuvette sableuse, à marée basse
Urothoe grimaldii  Urothoe grimaldii
ci-dessous photo d'un mâle adulte (antennes2 plus longues, coloration rouge-orange plus marquée)
Urothoe grimaldii  Urothoe grimaldii
cette espèce, autrefois confondue avec U. poseidonis, s'en différencie par la présence d'épines bien visibles sur le dactyle du péréiopode 5
Carte de présence dans le 22  



Lysianassidae   Antennes1 très courte avec le premier article du pédoncule plus large, flagelle accessoire présent.
                                         Antenne2 plus ou moins longue suivant les espèces.
                                         P1 avec un gnathopode le plus souvent simple (différence avec la nouvelle famille des Tryphosidae),
                                         P2 avec gnathopode long et grèle, ischium allongé.
                                         Beaucoup d'espèces dans cette famille, identification difficile.


Lysianassa ceratina    femelle (ici 7mm)  trouvée dans une touffe de corallines à marée basse
Lysianassa ceratina  Lysianassa ceratina
couleur jaunâtre avec des petits points blancs          épine bien visible sous le 1er article de l'antenne1 ▲
Lysianassa ceratina  Lysianassa ceratina
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Nannonyx goesii (détermination à confirmer)       taille : 3,5 mm (allongé)
Nannonyx goesii  Nannonyx goesii
bosse présente au dessus de l'urosome1
en savoir plus : lien vers Linnaeus



Tryphosidae   Espèces faisant partie de la famille des Lysianassidae jusqu'en 2017,
                                  beaucoup de caracéristiques communes avec les Lysianassidae mais gnathopode1 souvent subchélifère.


Tryphosa nana    taille : ici 3,5 mm  (jusqu'à 5 mm)         dans une carapace de crabe mort, à marée basse
Tryphosa nana
segment1 de l'urosome avec une dépression marquée    premier article du flagelle accessoire gros et long
Tryphosa nana Trélévern, le 15/01/2021 Tryphosa nana
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22  


Orchomene humilis   6mm (max. 8mm)   parmi algues et ascidies, en Rance maritime (marée très basse)
Orchomene humilis  Orchomene humilis
amphipode de couleur crème avec quelques petites taches rouges plus ou moins visibles
Orchomene humilis Orchomene humilis Orchomene humilis
en savoir plus : lien vers Linnaeus


Tryphosella sarsi (à confirmer)  ici 5 mm (8 mm max.?)  mâle capturé dans un crabe mort, à marée basse
Tryphosella sarsi  Tryphosella sarsi
la forme de l'extrémité de la plaque coxale1 permet de distinguer les genres Tryphosella et Tryphosa
Tryphosella sarsi Tryphosella sarsi Tryphosella sarsi
Remarque : chez la femelle, le 1er article du flagelle de l'antenne1 est plus court, le flagelle de l'antenne2 est beaucoup plus court, et le segment1 de l'urosome ne présente pas de dépression.


Hippomedon denticulatus   taille : 5mm (juv.?) max.14mm     dans le sable près d'un herbier de zostères
Hippomedon denticulatus  Hippomedon denticulatus
plaque épimérale3 : angle postérieur terminé par une longue dent surmontée d'une petite échancrure
en savoir plus : lien vers Linnaeus
Carte de présence dans le 22