ascidies


 Animaux appartenant à l'embranchement des tuniciers (ex urochordés), leurs larves possèdent un axe squelettique dorsal appelé "chorde", ce qui explique leur place évolutive intermédiaire entre les invertébrés et les vertébrés. Le plus souvent composés d'un corps en forme d'outre, ils possèdent deux siphons et sont recouverts d'une paroi (chimiquement proche de la cellulose) appelée tunique.
Solitaires, groupés ou coloniaux, ils vivent fixés sur différents substrats (algues, cailloux, coquilles...).



Ascidies coloniales : les individus composant la colonie, appelés zoïdes, sont englobés dans une tunique commune, les orifices permettant l'évacuation des déchets sont souvent communs à un groupe de zoïdes.
Attention : la détermination sur photo de ces espèces n'est le plus souvent que probable, un examen de l'anatomie interne des zoïdes est en effet nécessaire pour une identification fiable. L'examen de leurs spicules à fort grossissement et l'observation de leurs larves sont parfois aussi indispensables à la détermination des espèces. La diversité des types morphologiques, au sein d'une même espèce, renforce ici les difficultés rencontrées pour identifier les ascidies coloniales observées. Nous avons néanmoins essayé de les classer pour montrer la diversité des formes et des couleurs rencontrées.



Polyclinidae   colonies épaisses formant une masse volumineuse , orifices inhalants à 6 ou 8 lobes

Aplidium elegans   fraise de mer                                                                                à grande marée basse
Aplidium elegans Aplidium elegans Aplidium elegans
colonies en coussinet sous les parois rocheuses, à l'abri de la lumière            taille de la colonie: 2 à 5 cm
Aplidium elegans  Aplidium elegans
▲ aspect de la colonie lorsqu'elle est immergée      orifices inhalants entourés de 8 languettes blanches
en savoir plus :  DORIS,  Aplidium elegans Giard, 1872, https://doris.ffessm.fr/ref/specie/372
Carte de présence dans le 22    


Aplidium nordmanni     à gauche environ 4cm        sous ou le long des parois rocheuses, très basse mer
Aplidium nordmanni  Aplidium nordmanni
colonie épaisse, aspect aplati hors de l'eau  ▲                             aspect d'une jeune colonie dans l'eau ▲
Aplidium nordmanni Aplidium nordmanni Aplidium nordmanni
les orifices exhalants, plus gros et moins nombreux, peuvent être entourés de languettes blanches,
            les orifices inhalants, plus petits et plus nombreux, sont disposés en lignes plus ou moins sinueuses
Carte de présence dans le 22  


Aplidium turbinatum (très probable)    taille d'une colonie (un "bouquet") : ±1cm    à grande marée basse 
Aplidium turbinatum  Aplidium turbinatum
accroché à des algues▲             ou sous un rocher▼                aspect d'une colonie dans l'eau▲
Aplidium turbinatum  Aplidium turbinatum
chaque "bouquet" est formé d'un petit nombre de zoïdes répartis autour d'un siphon central exhalant
en savoir plus : DORIS, Aplidium turbinatum (Savigny, 1816), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/424


Aplidium pallidum  (très probable)                   ascidies coloniales observées sur des algues , infralittoral
Aplidium pallidum Aplidium pallidum Aplidium pallidum
          taille : de 1 à 2 cm                       consistance coriace                       zoïdes non discernables à vue
Aplidium pallidum  Aplidium pallidum
commentaire de Frédéric André  : "Oui, pour moi, pour Aplidium pallidum, classique parmi les algues rouges et brunes"
en savoir plus : DORIS,  Aplidium pallidum (Verrill, 1871), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/1132
et aussi : http://www.mer-littoral.org/32/aplidium-pallidum.php


Aplidium glabrum (identification à confirmer)     fixée sous une pierre, infralittoral            aspect gélatineux
Aplidium glabrum  Aplidium glabrum
          6 points blancs à l'extrémité des zoïdes
 Aplidium glabrum
en savoir plus : DORIS, Aplidium glabrum (Verrill, 1871), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/3334
autres photos sur aphotomarine


Aplidium punctum (très probable)   8cm  colonie pédonculée ici fixée au plafond d'une grotte,  infralittoral
Aplidium punctum  Aplidium punctum
                                                                                                                  un seul point rouge par zoïde
Aplidium punctum    Aplidium punctum
commentaire de Frédéric André : "Pour moi, peu de doute, il s'agit bien de Aplidium punctum, la forme en massue des colonies émergées est typique."
en savoir plus : http://www.mer-littoral.org/32/aplidium-punctum.php
et aussi : DORIS, Aplidium punctum (Giard, 1873), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/1133
Carte de présence dans le 22  


Morchellium argus   colonie pédonculée                                        sous surplomb rocheux, à marée basse
Morchellium argus  Morchellium argus
chacun des individus de la colonie possède 4 petits points rouges caractéristiques
Morchellium argus  Morchellium argus
en savoir plus : DORIS, Morchellium argus (Milne-Edwards, 1841), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/1150
Carte de présence dans le 22  


Polyclinum aurantium  (très probable)          taille : 3cm                 observé sur paroi rocheuse, infralittoral
Polyclinum aurantium  Polyclinum aurantium
cette ascidie peut agglomèrer à sa surface des grains de sable
Polyclinum aurantium  Polyclinum aurantium


  Polyclinum aurantium
en savoir plus : http://www.mer-littoral.org/32/polyclinum-aurantium.php

autres Polyclinidés non déterminés qui pourrait être une autre forme de l'espèce illustrée ci-dessus :
ascidie coloniale observée sous une pierre, infralittoral      taille : environ 3cm       consistance assez molle
Polyclinum aurantium?  Polyclinum aurantium?
Polyclinum aurantium???  (forme non incrustée de sable)              colonie isolée       en forme de coussin

ascidie coloniale observée pendant de long d'un rocher, infralittoral    taille : environ 6-8 cm   "patatiforme"
St Jacut de la Mer, le 18/04/2011  St Jacut de la Mer, le 18/04/2011
Polyclinum aurantium ou Synoicum pulmonaria ???               ci-dessus: ce qu'il ne faut pas faire!....



Didemnidae   colonies minces et encroûtantes, suivant les espcèes : tuniques avec ou sans spicules calcaires,
                                   zoïdes souvent petits et peu visibles, et souvent sans organisation bien apparente,
                                   orifices inhalents comportant 6 lobes ou languettes

Polysyncraton lacazei    couleur souvent rouge (mais pas toujours...)   croute collée au rocher, infralittoral
Polysyncraton lacazei  Polysyncraton lacazei
nombreux petits orifices inhalants, quelques gros orifices exhalants eux aussi bordés de denticules blancs
en savoir plus : DORIS,  Polysyncraton lacazei (Giard, 1872), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/515
Carte de présence dans le 22  


Diplosoma listerianum (très probable)        croute mince, lisse et transluscide ici sur laminaire, infralittoral
Diplosoma listerianum  Diplosoma listerianum
avec l'un de ses prédateurs,Trivia monacha     petits points blancs autour des orifices inhalants et exhalants
en savoir plus : DORIS, Diplosoma listerianum Milne-Edwards, 1841, https://doris.ffessm.fr/ref/specie/213


Lissoclinum perforatum  (probable)     contours arrondis et irréguliers, bordure de la colonie sans zoïdes
Lissoclinum perforatum  Lissoclinum perforatum
orifices exhalants dépourvus de lobes, orifices inhalants bordés de 6 petits lobes blancs de même taille
en savoir plus : DORIS, Lissoclinum perforatum (Giard, 1872), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/1821


Trididemnum cereum (très probable)   ici manchon gris-bleu sur des cystoseires, à grande marée basse
Trididemnum cereum Trididemnum cereum Trididemnum cereum
orifices inhalants bordés de 6 lobes, 3 grands assez visibles et 3 plus petits, moins discernables
Trididemnum cereum Trididemnum cereum Trididemnum cereum
▲  autre coloration pour cette colonie présente sur du Fucus serratus immergé dans une zone de courant


Trididemnum delesseriae  (??? à confirmer)        colonie bleue grisâtre sur roche, à grande marée basse
Trididemnum delesseriae? Trididemnum delesseriae? Trididemnum delesseriae?
traînées blanchâtres entre les zoïdes et autour des orifices exhalants (formées par des spicules)
peut aussi être observée sur des algues, en particulier Delesseria sanguinea comme son nom le suggère
en savoir plus : voir le guide des Tuniciers de l'Europe de l'Ouest de A. et W. Bay-Nouailhat (Mer et Littoral)


Didemnum maculosum (probable) ici colonie d'environ 10 cm de large, sous une pierre, à très basse mer
Didemnum maculosum  Didemnum maculosum
zoïdes présents en grand nombre le long des zones sinueuses foncées mais aussi répartis sur l'ensemble de la surface (confusion possible avec Didemnum lahillei, mais cette dernière possède une marge transluscide dépourvue de zoïdes)
sur cystoseire, petites colonies blanches de la variété dentata (ou dentatum?) de l'espèce D. maculosum :
Didemnum maculosum  Didemnum maculosum
trois petites dents bordent les orifices inhalants en donnant un aspect hérissé aux colonies
Lisse ou rugueuse, cette espèce peut présenter des couleurs et des aspects très variés.
en savoir plus : DORIS, Didemnum maculosum (Milne-Edwards, 1841), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/1818


Didemnum coriaceum (ou D. maculosum ?) très grande colonie fixée sous une pierre, à très basse mer
Didemnum coriaceum  Didemnum coriaceum
   
 Didemnum coriaceum
chez D. coriaceum, les zoïdes sont uniquement situés au niveau des veines sombres qui entourent des îlots plus clair dépourvues de zoïdes (confusion possible avec D. maculosum, dont les zoïdes occupent toutes la surface)
en savoir plus : DORIS, Didemnum coriaceum (Drasche, 1883), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/1138



Botryllinae          (sous-famille de la famille des Styelidae qui comporte par ailleurs 2 autres sous-familles
                                       dont les représentants vivent en groupe, réunis par des stolons ou sont des ascidies solitaires)
                                       colonies encroutantes, zoïdes souvent assez visibles et organisés de façon apparente

Botrylloides spp
(leachii, violaceus ou diegensis)   colonie encroûtante composée de lignes de zoïdes mettant en commun leur siphon cloacal, une tunique commune enveloppe la colonie d'une couche dont la composition est voisine de la cellulose, ces espèces s'observent à marée basse          
Botrylloides  Botrylloides
  ▲ Botrylloides leachii     ▼ Botrylloides diegensis
 Botrylloides
Identification visuelle de ces colonies souvent incertaine :  l'espèce native d'Europe, Botrylloides leachii, peut paraître assez semblable aux espèces invasives Botrylloides violaceus et diegensis.
Ces trois espèces doivent donc être identifiées après examen microscopique pour plus de certitude.
La photo du haut, à gauche, semble néanmoins correspondre à la description de B. leachii alors que la colonie de la photo ci-dessous semble correspondre à B. diegensis.
Botrylloides
      ▼ l'identification des deux photos ci-dessous reste incertaine... (B. violaceus, B. leachii, ou ???) ▼
Botrylloides  Botrylloides
quelque soit l'espèce, le support doit être rigide : cela peut être une algue▼,  une pierre,  ou un coquillage
Botrylloides  Botrylloides
on les trouve aussi souvent à l'ombre, le long ou sous une paroi rocheuse, comme ci-dessous
Botrylloides  Botrylloides
en savoir plus : DORIS, Botrylloides spp. (leachii, violaceus, diegensis) (Savigny, 1816), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/481
Carte de présence dans le 22  


Botryllus schlosseri   colonie constituée de zoïdes disposés en étoile autour de siphons cloacaux communs, une tunique commune enveloppe la totalité du groupe de zoïdes                         à marée basse
Botryllus schlosseri  Botryllus schlosseri  Botryllus schlosseri
la colonie peut former une croute plate ou une masse charnue alors souvent accrochée à une algue
Botryllus schlosseri  Botryllus schlosseri
les couleurs de la tunique et des zoïdes sont extrêmement variables
Botryllus schlosseri  Botryllus schlosseri
en savoir plus : DORIS, Botryllus schlosseri (Pallas, 1766), https://doris.ffessm.fr/ref/specie/212
Carte de présence dans le 22